Méditation sur Ordonnance

Les médecins conseillent de plus en plus la méditation, le yoga ou tai chi à leurs patients,

des pratiques qui n’ont pas fini de nous montrer leur efficacité.

Ressourcement

Des chercheurs américains de l’université Harvard viennent de publier une étude montrant que les thérapie alternative telles que la méditation, le yoga, le tai chi ou la relaxation sont de plus en plus pratiquées par les patients, sous l’œil bienveillant des médecins.

En effet, la méditation, qui est la thérapie alternative la plus étudiée, a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques mettant en lumière ses effets positifs contre la dépression, l’hypertension artérielle, les troubles psychiques, la douleur, ect. La pratique de ces thérapies non conventionnelles permettrait de favoriser un mieux-être psychologique et physique et de mieux supporter les traitements lourds. L’enquête révèle aussi que sur 300 millions d’Américains, 34,8 millions s’orientent d’eux-mêmes vers les thérapies alternatives qui relient le corps et l’esprit, et 3;6 millions y ont recours sur recommandation de leur médecin.

Derniers recours

méditationToutefois, les thérapies alternatives ne sont la plupart du temps préconisées aux patients qu’en dernier recours, lorsque la médecine conventionnelle demeure insuffisante. La question est donc désormais de savoir si ces thérapies, si elles étaient recommandées en premier recours, permettraient d’obtenir de meilleurs résultats thérapeutiques et d’éviter l’aggravation de certaines pathologies. L’OMS estime à l’heure actuelle que 70 % de la population mondiale a cours aux thérapies non conventionnelles, ce qui est favorable à leur développement thérapeutique.

Bruit de fond mental

OndeSi les interactions entre le corps et l’esprit intéressent de plus en plus les scientifiques, certains des mécanismes en jeu demeurent encore mystérieux. des chercheurs du Massachusetts General Hospital, de la Harvard Medical School et du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont fait une nouvelle découverte à ce sujet. Leur étude met en évidence que la pratique de la méditation favorise une diminution du “bruit de fond” du cerveau. En modulant le rythme des ondes cérébrales alpha, les méditants développent une capacité à réduire le nombre d’informations distrayantes. En effet le rythme cérébral des ondes alpha joue un rôle capital dans l’attention. Sa modulation, mesurée dans l’étude par la magnétoencéphalographie (MEG), permettrait d’expliquer une amélioration de la mémoire et une diminution de la douleur que les méditants rapportent.

Méditants volontaires

Pour mettre en évidence l’effet positif de cette modulation du rythme alpha, les chercheurs ont testé 12 volontaires sains qui n’ont pas d’expérience préalable de la méditation, dont la moitié a suivi un programme méditatif de 8 semaines, et l’autre, non. Les chercheurs ont remarqué, au bout de 8 semaines, que le groupe de sujets méditants avait développé une meilleure attention et de prises de conscience plus rapide.

Source : Archives of Internal Medecine, mai 2011 ; Brain Research Bulletin, avril 2011.

Sérénité

Publicités