Les Médicamenteurs

 

Ce documentaire est une enquête dans les coulisses des laboratoires pharmaceutiques.

Il fut réalisé par deux enquêtrice du Canard Enchainé et diffusé sur France5 en 2008.

 

LesMedicamenteurs

Les questions sont posées sur les méthodes de l’industrie pharmaceutique :

Pourquoi la France est-elle championne de la consommation de médicaments ? 

Quels liens d’intérêt existent exactement entre industrie et médecins ?

Pourquoi les politiques laissent-ils faire alors que c’est le trou de la sécu

et la santé de tous qui sont en jeu ?

Bien entendu il est aussi question du tristement célèbre Vioxx®, vanté pour son efficacité contre l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. Les ventes explosent jusqu’en 2005, date à laquelle il est brutalement retiré du marché. En cause ? Des effets secondaires graves et parfois mortels : près de 30 000 personnes sous traitement succomberont à un accident cardio-vasculaire… Si ce scandale a marqué les esprits, il n’a pas pour autant mis fin aux pratiques douteuses des géants pharmaceutiques. Essais cliniques tronqués, publications médicales biaisées, experts rétribués, marketing forcené, médecins harcelés… Tout est bon pour vendre un médicament.

Le Salon des médecins, où l’on voit comment ces derniers se font bichonner par les vendeurs de produits très aguerris au marketing, vaut le détour. Ainsi que la fuite de Roselyne Bachelot devant les caméras.

la-grande-invasion-le-documentaire-de-stephane-horelStéphane Horel, co-auteur du film et auteur de La Grande invasion, une enquête sur les produits qui contaminent notre vie quotidienne, remarque :

« Ce qui frappe, c’est la mollesse des pouvoirs publics, préoccupés par l’importance de l’industrie pharmaceutique en terme d’emplois. Le PDG de Sanofi ose déclarer aux députés : “Vous adorez venir inaugurer mes centres de recherche et mes usines, j’aimerais que vous vous en souveniez un peu quand vous êtes assis à l’Assemblée nationale et quand vous votez les lois.” Tout est résumé ».

C’est la saveur unique de ce film : nous apprendre, de la bouche de ceux qui les autorisent, que seulement 5% des nouveaux médicaments mis sur le marché sont innovants, que les laboratoires dépensent deux fois plus d’argent pour le marketing que pour la recherche …

Qui a dit que les médicaments ça servait à soigner les malades ?

Quelques citations extraites de ce film :

bruno toussaintBruno TOUSSAINT (Médecin généraliste et Directeur de la rédaction de Prescrire) :

“L’autorisation de mise sur le marché, si on écoute bien les mots c’est : Autorisation de Mise sur le Marché.

La priorité c’est le marché.

Et la question qui est posé aux autorités administrative, et par la firme c’est :

est-ce que je peux aller sur le marché me rémunérer ?

Il n’est pas de question sanitaire là dedans, il n’est pas question de progrès, il n’est pas question de thérapeutique, il est question de marché. La première priorité si je puis dire, c’est la régulation du marché, et la santé des firmes pharmaceutique ! Pas la santé des gens !”

plavix“« Plavix » c’est un médicament comme on dit antiagrégant plaquettaire, c’est à dire qui fluidifie le sang pour que les plaquettes sanguine glissent un peu mieux. Alors grosso modo c’est la même efficacité que l’aspirine tout simplement […] par contre c’est vendu beaucoup, beaucoup plus cher (59 euros la boite)”.

Philippe EVENPhilippe EVEN

(Professeur de médecine)

(toujours au sujet du Plavix)

“… le problème c’est que l’aspirine fait la même chose, le vin fait la même chose, deux verre de vin fait la même chose que le comprimé de Plavix… Aujourd’hui, l’état autorise un niveau de prix du Plavix 27 fois supérieur à l’aspirine. Vingt sept fois !

Le marché français c’est cinq cent million pour le Plavix, si c’était de l’aspirine ce serait vingt sept fois inférieur. La sécurité sociale accepte de rembourser un médicament qui n’en ai pas un, qui n’a aucun intérêt, à un prix vingt sept fois supérieur à l’aspirine. C’est magnifique, du point de vue commercial c’est un tour de passe passe de génie absolu.”

“Jusqu’à l’age de 50/55 ans, j’ai vécu dans l’illusion ou la naïveté, sans rien comprendre à l’organisation du marché du médicament. Il a fallu que je sois choisi, pour des raisons qui ne m’apparaissent pas claire, comme membre de la commission d’autorisation du médicament au ministère de la santé, pour découvrir comment se passaient les choses dans les coulisses. Et je vous assure que ça a été une révélation !”

Voir le film Les médicamenteurs

de Stéphane Horel, Annick Redolfi et Brigitte Rossigneux

Le site de Stéphane Horel : Cliquez ICI

Publicités