Le vaccin du TETANOS…

Les naturopathes et les homéopathes sont convaincus depuis bien longtemps de l’inefficacité des vaccins

mais plus grave encore, du risque important qu’ils font courir à la population.

Pourtant, malgré cela, nombreux sont ceux (naturo et homéo) qui se laissent encore "séduire" par la vaccination du tétanos, en se disant… " ma foi.. celui-ci est peut-être utile ".

Je ne cache pas avoir fait partie de ceux-là…”

Philippe Perruchon – Naturothérapeute

crbst_Phil-100626-1

Et pourtant la propagande continue d’une façon de plus en plus pernicieuse avec ce genre de Slogan !

Des vaccins pour éliminer le tétanos du nourrisson !

Aujourd’hui encore, le tétanos tue un bébé toutes les neuf minutes dans le monde.

C’est pourquoi, Pampers s’engage depuis quatre ans, aux côtés de l’Unicef, pour fournir des vaccins et parvenir à éliminer ce fléau.

Pampers-Unicef-Vaccin

Et ici encore plus fort, c’est pas 1 dose, mais 2 !!!

Pampers_unicef_header_2011_fr

“J’aimerai pour éclairer votre lanterne (tout comme j’ai éclairé la mienne sur ce sujet), vous livrer un excellent dossier réalisé sur ce thème, par le Dr. Alain Scohy.” Philippe Perruchon

*


Voici ce DOSSIER du Dr.Scohy

Le matraquage médiatique 

Ce vaccin a au moins un mérite. Il met en lumière la qualité du conditionnement subi par les médecins ! C’est en effet — avec le vaccin polio — l’un des seuls vaccins qui ait les faveurs même des homéopathes les plus sérieux.

Souvenez-vous donc des dernières campagnes de « revaccination »… C’était du temps où Simone Weil, alors ministre de la santé, a fait passer sa fameuse loi sur l’I.V.G., dans les années 1974-1980… Après plus d’un demi-siècle de vaccination d’abord facultative (1923) puis obligatoire (à partir de 1936), le slogan retenu par les promoteurs de la campagne était : « Il y a de plus en plus de cas de tétanos, il faut donc se refaire vacciner ! »… Mais où est donc l’efficacité d’un vaccin, pratiqué alors à 99% depuis tant d’années, même si les rappels n’étaient pas toujours faits ? Et les toubibs de l’époque ont gobé la chose avec la même naïveté que les pauvres patients sous leur coupe ! (En fait, la nouvelle mouture vaccinale de 1974 réputée moins allergisante avait besoin d’un petit coup de pouce en terme de marketing publicitaire, et le slogan de Simone Weil était un « pieux » mensonge puisque le nombre de cas de tétanos diminue chaque année spontanément du fait de l’amélioration de l’hygiène de vie. Essentiellement d’ailleurs — nous le verrons plus loin — par la consommation de fruits frais et donc de vitamine C).

tetanos_couvIl faut aussi entendre cette déclaration vibrante et péremptoire d’un homéopathe à la mode, dans la région toulousaine, le Dr Jean VIBES dans « Thérapeutiques Naturelles » n°114, décembre 94 : « le tétanos tue encore un français par jour ! »… Quand bien même ce serait vrai, en quoi cela démontre-t-il l’efficacité du vaccin ? De toutes façons, le Pr. François JAMBON à Montpellier parlait quant à lui — en 1996 — de moins de 10 cas par an…

Il y a aussi tous ces médecins qui ont eu l’occasion d’exercer leur art dans les pays sous-développés et chantent l’efficacité de la vaccination des mamans pour éliminer le tétanos néonatal (par contamination au niveau de la section du cordon ombilical, soi-disant)…

Ø En oubliant de signaler que la vaccination est arrivée dans ces régions avec quelques règles élémentaires d’hygiène : avant leur arrivée, on pansait le cordon, dans ces pays, avec de la boue, de la terre, ou même de la bouse de vache…

Ø Et sans préciser bien sûr que la soupe vaccinale inoculée contient une dose énorme d’Hydroxyde d’Aluminium qui vient modifier le terrain et peut donc influer de façon momentanée sur le nombre de cas… En transformant le cerveau des victimes en gruyère !

Il y a enfin ces affirmations péremptoires des uns et des autres qui font l’amalgame entre l’efficacité du vaccin et le taux d’anticorps sans aller chercher plus loin. La “norme” protectrice est d’ailleurs dix fois plus importante en France que dans les autres pays du monde ! Pourtant, l’étude attentive des statistiques — en tous lieux du monde — prouve l’inefficacité totale de la vaccination comme de la sérothérapie… Et des études récentes (Dr Anthony FAUCI aux USA – début 1996) montrent que la vaccination antitétanique — comme de toute évidence toutes les vaccinations qui obligent l’organisme à fabriquer des anticorps — effondre les capacités immunitaires réellement protectrices de l’organisme et génère par conséquent le SIDA.

La maladie et sa physiopathologie

Le TÉTANOS n’est pas une maladie contagieuse, et ne confère aucune immunité : il est possible d’avoir la maladie plusieurs fois. La maladie fait peur à juste titre. Elle est mortelle dans une proportion de 12 à 36% des cas selon l’âge du malade, la localisation de la plaie, et son état général au moment du contage. (Ces chiffres sont ceux de la Médecine Officielle — compte tenu des traitements qu’elle propose). La maladie TÉTANOS est une toxi-infection. C’est à dire qu’il s’agit d’une maladie évoluant en deux temps, deux lieux : une infection locale, une imprégnation toxinique ensuite.

Le bacille tétanique lui-même est totalement anaérobie, et ne peut se développer et survivre en présence de sang normalement oxygéné. De plus, il a “besoin” absolument de muscle écrasé. D’où la nécessité d’une plaie contuse profonde pour qu’il puisse se multiplier.

La toxine tétanique (seule cible présumée des anticorps « magiques » soi-disant neutralisants générés par la vaccination), migre depuis la plaie contuse jusqu’au système nerveux central, par imbibition progressive des filets nerveux présents auprès du foyer infecté. Cette toxine ne passe jamais par le milieu sanguin, et reste donc en permanence dans le milieu INTRACELLULAIRE, à l’abri des anticorps qui restent sagement dans le sang et la lymphe.

Ils croient au Père NoëlJe me suis permis d’exposer cette réalité lors d’une conférence au Dr Louis LERY — ex-responsable de la division vaccin de l’Institut Pasteur de Lyon Il m’a répondu (en juin 1997) : « les anticorps en grand nombre dans le sérum sanguin aspirent la toxine à travers la membrane cellulaire pour l’inhiber ». Ce qui est une affirmation totalement fantaisiste et gratuite qui ne repose bien évidemment sur aucune vérification ou expérimentation. Ces gens là font semblant de croire au Père Noël, marketing oblige !

Tout ceci explique que la maladie TÉTANOS ne confère aucune immunité, et que les Gammaglobulines spécifiques antitétaniques — d’origine humaine ou tirées du cheval — sont parfaitement inutiles dans le traitement de cette maladie une fois déclarée. C’est d’ailleurs quelque chose que « tout le monde sait », d’après le grand patron du Service de Réanimation des Maladies Infectieuses du CHU de Montpellier (en 1971) ! La vaccination antitétanique comme la sérothérapie sont donc totalement inefficaces, toujours !

Le vaccin :

Le VACCIN est une « ANATOXINE », c’est à dire de la TOXINE fabriquée par le bacille tétanique additionnée d’une quantité déterminée de FORMOL, et portée à la température de 40° pendant un mois. La TOXINE est obtenue par culture du bacille dans un milieu approprié et filtration du jus, pour — théoriquement — permettre d’éliminer tout risque de présence de bacille tétanique dans la dose vaccinante.

Planète vaccinéeA ce jus est ajouté le fameux adjuvant de l’immunité, à savoir l’Hydroxyde d’Aluminium à raison d’environ 1250 micro grammes par dose (Cf. Rubrique « excipient » dans le dictionnaire Vidal).

Ce poison modifie le terrain du “vacciné” en l’entraînant vers les maladies mentales (autisme, schizophrénie, hystérie, agressivité) et fait des trous dans le tissu nerveux noble strictement comparables à ceux que l’on observe dans les encéphalites dites à prions !

Les lésions sont inéluctables à partir de 100 micro grammes par litre de sang… Un petit enfant possède environ un litre de sang, un adulte cinq litres…

Par contre, ce poison étant un oxydant énergique, il est incontestablement efficace contre le développement du bacille tétanique (provisoirement au moins) — mais il favorise le développement des cancers, thromboses, maladies auto-immunes, etc.

Discussion :

Pour la médecine officielle, le tétanos serait provoquée par la pénétration du bacille de Nicolaïer par mode de contagion : c’est le mythe universel, jamais démontré, de la petite bête qui agresse !

Si par contre on se réfère aux travaux du Pr. BECHAMP, et de tant d’autres chercheurs authentiques et intègres, le tétanos a une origine «endogène». La cellule musculaire écrasée et privée d’oxygène libère les « microzymas » qui la constituent, et ces microzymas construisent soit des bacilles tétaniques, soit des bacilles de gangrène gazeuse qui ont pour mission d’évacuer les tissus nécrosés.

Cela explique :

– 1 – Que le tétanos puisse se développer à la suite de brûlures profondes (2 fois sur 3 environ), ce qui détruit normalement tous les germes au niveau de la plaie.

– 2 – Que le vaccin (préparé à base d’anatoxine par les grands trusts pharmaceutiques) puisse générer très rapidement des bacilles tétaniques – sitôt qu’on le met en culture dans un milieu approprié (Cf ; travaux du Pr. BOCHIAN – ex URSS !). Il contient en effet des microzymas en abondance, qui sont « négligés » par les scientifiques “officiels”. Les microzymas peuvent facilement traverser les filtres utilisés par les laboratoires pour empêcher le passage du bacille tétanique. Et le Pr. BOCHIAN a démontré que la technique de centrifugation, à l’inverse, empêchait toute prolifération ultérieure du bacille tétanique, ce qui ne fait que confirmer les découvertes sur les MICROZYMAS du Pr. BECHAMP !

Dans ces conditions, il est clair que la vaccination antitétanique comme l’inoculation de sérum peut provoquer le tétanos — surtout si l’injection se fait en milieu musculaire plutôt que sous-cutané (il me semble que cela pourrait expliquer un tétanos sur trois environ ?).

Mais — dans un regard positif sur la Vie et les maladies — s’il est facile de comprendre que les bacilles tétaniques sont construits sur place pour évacuer du tissu musculaire broyé, il reste difficile de comprendre le pourquoi de la phase toxinique de la maladie. Pourquoi les microzymas fabriquent-ils une toxine qui entraîne des spasmes d’une telle violence ?

En fait, la réponse est simple : Il n’est pas question pour les microzymas, de fabriquer une toxine qui n’aurait aucune utilité dans l’aventure, bien au contraire.

De même, il n’est pas question pour vous d’acheter un poêle pour vous asphyxier au mono-oxyde de carbone. En fait, ce genre de problème survient uniquement si l’installation est défectueuse — en particulier au niveau du tirage !

acerolaIl en est de même ici : si les bacilles tétaniques — qui sont un peu comme des bathyscaphes capable d’aller œuvrer dans une zone « morte » — fabriquent cette toxine tétanique, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ce quelque chose, c’est la carence en Vitamine C (SCORBUT).

La prise de vitamine C en quantités suffisantes — par voie buccale, anale ou intra-veineuse — stoppe instantanément le processus de fabrication de la toxine. Et la maladie « tétanos » cesse instantanément. Ce mécanisme de guérison est plus rapide encore que l’injection de CHLORURE DE MAGNESIUM — qui n’est en fait qu’un leurre de la Vitamine C — et qui met donc une vingtaine de minutes à agir !

En fait, la maladie tétanos devrait normalement se limiter à la phase infectieuse qui vise à éliminer du muscle broyé ou brûlé. La toxine n’est pas excrétée par ces bacilles dès lors que la vitamine C est normalement présente dans l’organisme.

Les effets secondaires du vaccin antitétanique

Science et Avenir-La liste des vaccins à risqueLe vaccin est responsable de paralysies (toujours irréversibles), de polynévrites, et de maladies auto-immunes, dans un nombre non négligeable de cas, reconnus par les fabricants du vaccin. Le risque augmente avec la multiplication des inoculations. Les “officiels” admettent 4 cas pour 10 millions de doses de vaccin. Ce n’est certes pas beaucoup, mais il est plus que probable que la réalité est très fortement minimisée par ces gens dont l’honnêteté et l’impartialité restent à démontrer ! Et ce chiffre n’est pas négligeable de toutes façons, surtout quand vous en êtes la victime. J’ai connu pour ma part — dans ma clientèle — un enfant de quelques mois qui a présenté une paralysie faciale suite à un tétracoq… Actuellement adolescent, il est toujours handicapé ! Et le pire est sans doute que — du fait du parti pris des officiels — la paralysie a d’abord été attribuée à une hypothétique otite qui a justifié un curage systématique et parfaitement inutile de la mastoïde, c’est à dire bien des tortures gratuites en plus.

Il faut mentionner par ailleurs les problèmes d’allergie et d’anaphylaxie, qui ont amené l’Institut Pasteur à remplacer le vaccin du Pr. RAMON par une nouvelle souche moins riche en protéines allergisantes en 1974 !

Il y a enfin la spasmophilie (également baptisée – comme par hasard – « tétanie »), des scolioses, des crampes, des lombalgies et autres sciatiques, de toute évidence provoquées ou majorées par l’inoculation d’une toxine dont l’effet essentiel est de spasmer et contracturer l’ensemble du système musculaire de sa victime, y compris – et même préférentiellement vu le point d’injection du poison – les muscles présidant à la statique vertébrale.

En fait et surtout, un vaccin quel qu’il soit augmente considérablement la consommation de vitamine C par l’organisme. C’est ce problème qui est à l’origine :

1) Non seulement de toutes les complications que l’on peut observer suite aux vaccinations.

2) Mais encore des troubles neurologiques spécifiques de la toxine tétanique que l’on observe dans la maladie tétanos.

En effet, nous l’avons vu, la vaccination vient aggraver la carence subaiguë habituelle en vitamine C et elle génère de ce fait toutes sortes d’affections scorbutiques — hépatiques, psychiques ou immunitaires, à commencer par la mort subite des nourrissons.

Photo_NVIC-avec-ombre-1

Le traitement de la maladie :

La Médecine Officielle, après « parage chirurgical » de la plaie (c’est à dire nettoyage au bistouri, élimination des tissus nécrosés, extraction d’éventuels corps étrangers et désinfection à l’eau oxygénée), se contente de calmer le patient, avec des substances curarisantes en particulier, et de procéder à une réanimation (trachéotomie, respiration artificielle, alimentation par perfusions). Elle obtient certes des résultats valables (plus de 80% de guérison), mais très onéreux, tant au plan financier qu’au niveau de la souffrance globale vécue par le malade – qui est terrible. Elle se refuse obstinément, comme pour tant et tant de choses, à s’ouvrir à d’autres possibilités thérapeutiques, surtout s’il s’agit de moyens bon marché et efficaces.

Le Magnésium : les Cahiers de BIOTHÉRAPIE de septembre 1973 publient un article du Dr CHEVREUIL de Nantes relatant toute une série de guérisons de TÉTANOS déclarés, traités en milieu hospitalier par du CHLORURE DE MAGNÉSIUM intraveineux… Il s’agissait en général de solution à 25% de chlorure de magnésium, à raison de 10 cc (2,5 grammes de chlorure de Magnésium, soit 625 mg de magnésium élément) injectés lentement, en 20 minutes. La guérison était chaque fois quasi instantanée. Par précaution, la médication était répétée plusieurs fois par jour pendant quelques jours.

Le Dr CHAVANON, un homéopathe réputé, couplait ces injections intraveineuses avec des granules homéopathiques de TETANOTOXINUM en 12 ou 30 K et de NUX VOMICA.

Le Dr FUMERON, à l’hôpital de Rochefort, utilisait quant à lui – avec le même succès – 5 grammes de CHLORURE DE MAGNÉSIUM dissous dans 20 cc de sérum physiologique. Il note une disparition de la contracture tétanique en quelques minutes.

Tous ces traitements ont été essayés avec le même succès chez les animaux, en particulier les chevaux (Dr Henri QUIQUANDON).

Il existe en pharmacie une solution de SULFATE DE MAGNÉSIUM hypertonique en ampoules de 10 et 20cc à faire en IV : MAGNÉSIUM LAVOISIER à 15%, sulfate. Il est probable que cette préparation est efficace également, et elle a l’avantage d’être disponible. Mais elle ne renferme que 300 mg de magnésium-élément pour une ampoule de 20cc, il faut donc au moins 2 à 3 ampoules de 20cc pour arriver au seuil de l’efficacité expérimentée en milieu hospitalier.

La Vitamine C a été testée par l’Ecole Orthomoléculaire aux USA. Elle pourrait permettre d’accélérer encore la guérison, en inactivant instantanément la toxine tétanique et en stoppant sa fabrication ! Une première dose d’une dizaine de grammes par voie IV permettrait de stopper les spasmes en quelques minutes. Ensuite, la dose journalière devra être poursuivie pendant quelques jours à raison de 10 à 20 grammes par jour de vitamine C naturelle, pour revenir progressivement à la ration habituelle normale (de 4 à 8 grammes par jour selon le niveau de stress habituel).

La prévention du tétanos :

Les RISQUES : (moins de DIX cas par an en France d’après la faculté de Montpellier / 1996).

En théorie, d’après la Médecine Officielle, ils n’existent qu’en cas de plaie profonde, contuse, avec un certain degré d’écrasement musculaire, en l’absence de sang frais, rouge, et donc d’oxygène, et à condition que la plaie ou l’objet responsable du traumatisme ait été souillé par de la terre. Le fumage de la terre par le fumier de cheval ou de mouton aggraverait les risques. Un certain nombre de circonstances moins évidentes nécessiteraient prudence et protection : toutes les manipulations chirurgicale intra-utérine (curages, révisions utérines après accouchement, I.V.G., certaines radiographies locales), les brûlures profondes et les ulcères variqueux torpides surtout s’ils sont surinfectés.

Il est évident qu’il existe deux autres situations de risque, pas assez ou pas du tout prises en compte par ces gens-là :

· les contusions profondes avec écrasement musculaire – même sans plaie -,

· l’inoculation de vaccin antitétanique en intramusculaire.

Les MOYENS :

· Désinfecter et nettoyer les plaies, avec de l’EAU OXYGÉNÉE à 10 Volumes. Si besoin, ce nettoyage sera complété par un curage de la plaie effectué par un médecin. Une plaie franche qui saigne franchement ne risque théoriquement rien.

· Le MAGNÉSIUM ayant fait ses preuves dans le traitement de la maladie déclarée, il sera bon de l’utiliser préventivement.

· Surtout, donnez de la VITAMINE C naturelle genre ACEROLA, de 4 000 à 20 000 mg par jour, répartis tout au long de la journée.

Dr Alain SCOHY.

Publicités