Le Secret de 2012 est dans le Coeur

"A une époque de changement radical,

l’avenir appartient à ceux qui savent apprendre.

Ceux qui ont cessé d’apprendre

sont armés pour vivre dans un monde qui n’existe plus ».

C’est ainsi que le philosophe sociétal Eric Hoffer décrivait la différence entre

les connaissances riches de sens et celles qui en sont dénuées.

2012 = Alignement de notre système solaire avec le centre de la Galaxie et les Humains avec leur coeur

Pour faciliter la transition en 2012 vers un nouvel âge du monde, il nous suffit de changer tous ensemble les sentiments

que nous éprouvons à l’égard de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde.

Nous ne pouvions souhaiter meilleurs scénario.

Pyramide-Maya

L’initiative pour la cohérence globale est d’une importance vitale pour la santé et l’avenir de notre monde. Pour la première fois, nous avons la capacité, la raison et la technologie nécessaires pour transcender tout ce qui nous sépare depuis si longtemps et collaborer ensemble à inspirer des millions de personnes à participer collectivement à un évènement décisif dans notre histoire. À tout le moins, ce projet offre la possibilité de transcender les frontières géographiques, culturelles et religieuses traditionnelles afin d’unifier l’ensemble de la communauté humaine autour d’une nouvelle manière de vivre centrée sur des choix guidés par l’amour, et capables de promouvoir une cohérence d’esprit globale.

Lier les cœurs grâce à un état de cohérence globale

Lart-de-sauter-les-lignes-du-TempsBien qu’il nous en reste encore beaucoup à apprendre au sujet de la conscience, il y a une chose dont nous sommes certains : elle est une forme d’énergie de nature magnétique. Nous pourrions étudier la nature magnétique de la conscience pendant encore cent ans sans parvenir à dévoiler tous ses mystères. Toutefois, nous pouvons nous servir de ce que nous avons appris jusqu’ici afin de mieux nous adapter aux conditions d’un monde en rapide transformation.

De plus en plus de données semblent désormais indiquer que le champ magnétique de la Terre joue un rôle déterminant pour nous relier les uns les aux autres, ainsi qu’avec la planète.

En septembre 2001, deux satellites environnementaux opérationnels géostationnaires (acronyme anglais : GOES) ont détecté une augmentation soudaine du magnétisme global qui changea à jamais la perception que les scientifiques avaient de notre monde et de nous. Tant le satellite GOES-8 que le GOES-10 détectèrent alors une hausse subite et marquée de la force du champ magnétique terrestre ainsi qu’en témoignaient les données transmises au sol toutes les 30 minutes. Ce fut l’amplitude des maxima d’intensité magnétique et le moment où ils se produisirent qui capta d’abord l’attention des scientifiques.

goes8Positionné à une altitude de 36 000 kilomètres au-dessus de l’équateur, le satellite GOES-8 détecta le premier maxima, qui fut suivi d’une tendance à la hausse des lectures transmises qui plafonnèrent à une mesure de presque 50 unités (nanoteslas) plus élevées que tout ce qui avait été enregistré jusque-là. Il était alors 9 heures du matin (heure normale de l’Est), soit 15 minutes après que le premier avion eût percuté l’une des deux tours du World Trate Center, et environ 15 minutes avant l’impact du deuxième avion sur la deuxième tour.

La corrélation entre ces évènements et les lectures était pour le moins troublante. Et elle était incontestable. À la lumière de ces données, deux question devaient être posées : Y avait-il vraiment un lien entre les attaques contre le World Trate Center et les données transmises par les satellites ? Si oui, quel était-il ? C’est la réponse à la seconde question qui déclencha les recherches, ainsi que l’ambitieuse initiative qui les suivit.

Des études menées quelque temps après par des chercheurs de l’Université de Princeton et de l’Institut HeartMath – une institution innovatrice à but non lucratif créée en 1991 qui fut l’une des premières à faire de la recherche et du développement dans le domaine des technologies fondées sur les émotions émanant du cœur – ont permis de confirmer que la corrélation entre les données transmises par ces 2 satellites et les évènements du 11 septembre n’est pas une simple coïncidence. Après avoir constaté que ces satellites avaient enregistré des maxima similaires lors d’évènements passés, lesquels avaient suscité beaucoup d’émotions dans le monde entier, comme la mort de la princesse Diana, le facteur qui semblait être l’élément commun entre deux était clair : tout indiquait qu’il s’agissait du cœur humain.

Plus particulièrement, c’était l’émotion alors suscitée dans la population mondiale par ces évènements qui semblait influencer le champ magnétique terrestre. Ce qui rend cette découverte si impressionnante, c’est que nous savons maintenant qu’il existe un lien entre ce champ magnétique et un tas de choses comme la stabilité du climat et la paix entre les nations.

Parmi les conclusions auxquelles les chercheurs sont parvenus, il y a deux découvertes qui donnent un tout nouveau sens à ce que les satellites ont détecté le 11 septembre 2001 :

Electromagnetic_field_midsized

  • Première découverte : Le fait que le cœur humain génère le plus fort champ magnétique dans le corps, soit prés de 5 000 fois plus intense que celui émis par le cerveau, est maintenant bien documenté. Ce champ se manifeste sous la forme d’un anneau s’étendant bien au-delà du corps physique et qui a été mesuré à des distances variant entre deux et trois mètres du cœur physique. Certaines données laissent cependant croire que ce champ est si grand qu’il peut s’étendre jusqu’à plusieurs kilomètres autour de nous. Toutefois, l’équipement de détection disponible aujourd’hui ne permet pas de détecter sa présence aussi loin.

      Implication : Le champ magnétique du cœur réagit à la qualité des émotions que nous suscitons dans nos vies. Tout comme le lien intuitif entre les sentiments et le corps semble le suggérer, les émotions positives accentuent l’équilibre hormonal et la stabilité du rythme cardiaque, ainsi que la lucidité et la productivité. Des études ont par ailleurs démontré que les émotions négatives peuvent influencer jusqu’à plus de 1 400 processus biochimiques dans le corps et entraîner notamment un déséquilibre hormonal, de l’arythmie cardiaque, de la confusion mentale et un faible rendement de travail.

  • heart-earth-fieldsDeuxième découverte : Certaines couches de l’atmosphère terrestre, tout autant que la Terre elle-même, génèrent ce que l’on appelle une « symphonie de fréquences » (variant entre, 01 et 300 hertz), dont certaines coïncident avec celles engendrées par le cœur lorsqu’il communique avec le cerveau. Cette relation apparemment ancienne et presque holistique entre le cœur humain et le magnétisme terrestre a donné naissance à une élégante théorie – et au projet qui l’explore. Ainsi que l’expliquent les chercheurs de l’Institut HeartMath, le rapport existant entre le cœur humain et le champ magnétique semble indiquer que « de puissantes émotions collectives exercent un impact mesurable sur le champ géomagnétique de la Terre. »

      Implication : Si nous pouvons apprendre le langage du cœur – celui-là même auquel le bouclier magnétique de la Terre réagit – alors nous pourrons jouer un rôle actif dans les effets que ce champ exerce sur toute vie. C’est là où une idée aux allures futuristes récemment avancée devient encore plus excitante. Ces fluctuations du champ magnétique terrestre liées aux émotions humaines ont été associées à des changements dans l’activité du cerveau et du système nerveux, ainsi que dans la mémoire et les performances athlétiques. Elles ont également un effet sur la capacité des plantes à créer les nutriments vitaux dont elles ont besoin ; sur le taux de mortalité humaine due à des problèmes cardiaques ; et sur les variations dans le nombre de cas rapportés de dépression et de suicide – pour ne nommer que ceux-là.

Ces deux découvertes ont ouvert la porte à une toute nouvelle compréhension de notre relation à la Terre. Désormais, la question que l’on pose n’est plus Les émotions humaines collectives exercent-elles un effet sur la Terre ? Mais plutôt Pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Si une proportion suffisamment importante de la population humaine devait focaliser son champ magnétique sur la même émotion au même moment, il est manifestement clair qu’une telle concentration d’énergies magnétiques aurait un effet sur la partie de la planète qui vibre aux mêmes fréquences que les émotions humaines.

La relation est évidente : Tout changement dans ce que nous ressentons à propos de nous-mêmes et de notre monde pourrait bien avoir un effet sur ce dernier. S’il s’agit d’un changement positif, alors l’effet sur les émotions devrait également être positif. On sait que de tels changements peuvent engendrer un état de cohérence entre le cœur et le cerveau, et il semble maintenant que cet effet peut même s’étendre aux champs magnétiques dont dépend toute vie sur notre planète. Comme l’expliquent les chercheurs de l’Institut HeartMath,

« Le contrôle des émotions est la nouvelles frontière de l’évolution humaine ».

cohérence du coeur

La découverte du fait que nous pouvons choisir de créer davantage de cohérence entre nous et le champs magnétique de la Terre a débouché sur le lancement de l’une des plus ambitieuses initiatives scientifiques de l’histoire. Ce projet est d’une ampleur sans précédent et ses implications sont énormes. Face aux défis de notre époque, ce nouveau projet, baptisé « Initiative pour la cohérence globale », donne désormais à toute personne la possibilité d’apprendre le langage de la cohérence du cœur. Grâce à cette initiative, plus de gens que jamais auparavant peuvent participer aux changements en cours sur la planète.

Les deux principaux objectifs de cet organisme sont les suivants :

  1. Cohérence CardiaqueEn partenariat avec le Dr. Elizabeth Rauscher, une astrophysicienne et scientifique nucléaire de renommée internationale, l’Institut HeartMath a établi un système de suivi de la cohérence globale, fonctionnant à l’aide d’une série de nouveaux senseurs déployés autour de monde afin de mesurer les changements survenant dans la magnétosphère terrestre. Ce système vise à déterminer dans quelle mesure le champ magnétique terrestre influence notre rythme cardiaque, notre activité cérébrale, notre degré de stress et nos émotions. Les études préliminaires, comme celles des données provenant des satellites GOES, semblent indiquer que cette influence est mutuelle. C’est ici qu’entre en jeu la deuxième partie du projet.

  2. Comme toute forme de vie sur Terre subit l’influence des fluctuations d’intensité du champ magnétique terrestre, et que ce dernier est à son tour influencé par la vie, les chercheurs de l’Institut HeartMath se sont donné comme second objectif d’enseigner à certaines personnes comment parvenir à un niveau de cohérence intérieure susceptible d’améliorer leur bien-être, et comment identifier s’ils ont réellement atteint un tel état de cohérence. L’hypothèse à la base de ce projet est la suivante : lorsqu’un grand nombre de personnes réagissent à l’annonce d’un évènement potentiellement destructeur, tel un ouragan ou un tsunami, en éprouvant le même genre d’émotion, cela peut avoir un incidence sur la qualité du champ d’énergie qui nous unit tous.

Conscience GlobaleTout comme le stress éprouvé lors d’un désastre naturel peut créer une onde globale incohérente, une onde émotionnelle positive peut engendrer une onde globale cohérente. Cette hypothèse est confirmée par les résultats des recherches menées à l’Institut HeartMath, ainsi que par les conclusions auxquelles sont parvenus les chercheurs de l’Université Princeton, engagés depuis 10 ans dans le Projet sur la conscience globale. Les données obtenues grâce aux travaux menés à l’Université Princeton ont démontré de façon incontestable que des émotions humaines ressenties à grand échelle peuvent susciter des effets d’envergure mondiale que l’on peut mesurer à l’aide d’un vaste réseau de senseurs électroniques.

Pour bien mettre en contexte l’importance de ces recherches, il nous suffit de considérer notre compréhension des grands cycles et de la place que nous occupons à la toute fin d’un grand cycle du monde. Ce n’est sans doute pas un hasard si cette initiative visant la cohérence globale existe aujourd’hui alors que nous venons d’entrer dans le 21ème siècle. C’est maintenant, à la toute fin d’un âge du monde, que les experts nous avertissent que nous faisons face au plus grand nombre de défis d’envergure mondiale depuis le début de l’histoire connue de l’humanité il y a 5 125 ans.

Il apparaît en outre que certaines de ces crises risquent bien de mettre fin à la vie sur Terre telle que nous la connaissons. Or, nous constatons au même moment que nous possédons la faculté innée d’harmoniser nos corps avec le champ magnétique du globe dont dépend toute vie, de telle sorte que nous pouvons atténuer en bonne partie les souffrances que ces défis risquent d’occasionner.

Et pour y arriver, il nous suffit d’apprendre et de maîtriser l’usage du langage silencieux du cœur.

Les résultats de ces recherches sont concluants :

le fait de nous concentrer sur le cœur et de vivre dans l’amour

aura un effet direct sur la manière dont nous vivrons la période de transition de 2012 !

vibratory_coherence 

 

Le Temps Fractal - Gregg BradenL’intégralité de ce texte est extrait du livre de Gregg Braden "Le Temps Fractal – Le secret de 2012 et d’une nouvelle ère mondiale".

Le 21 décembre 2012 marque la fin d’un long et mystérieux cycle temporel :

une grande ère mondiale qui a débuté il y a 5125 ans.

Dans cet ouvrage fascinant, Gregg Braden fusionne les découvertes modernes sur les patterns de la nature (les fractales) avec les anciennes connaissances traditionnelles sur les cycles universels. Il en résulte un formidable modèle du temps – le temps fractal – et un tableau réaliste de ce qui pourrait bien arriver en 2012… et au-delà.

En appliquant le concept de temps fractal à l’histoire, nous sommes à même de discerner dans les cycles du passé les conditions potentiellement récurrentes. De façon globale, c’est la nature qui nous offre la clé de tout ceci sous la forme d’une vieille carte du temps. En utilisant cette clé que nous ne faisons que commencer à comprendre, les Mayas par exemple ont déterminé des cycles temporels en une série de calendriers uniques. Ainsi, parce qu’ils ont compris les cycles de la nature, ils savaient que les conditions de l’avenir sont également inscrites dans des documents du passé.

La clé, pour comprendre 2012 et sa signification actuelle pour nous, consiste à savoir lire la carte du temps. Selon Gregg Braden, si nous pouvons percevoir le temps à partir de cette perspective fractale, le passé révèlera alors le code des "moments de choix" et de ce qui pourrait arriver alors que le 21 décembre 2012 approche. Braden met en évidence que le début de chaque nouveau cycle nous fournit une importante possibilité de changer – le moment de choix – qui nous permet de choisir un nouveau résultat pour le schéma récurrent.  

Publicités