Le Droit de se soigner autrement

*

Les remèdes naturels que l’Union Européenne et

*

les multinationales pharmaceutiques

*

veulent vous interdire

.

Une vidéo… pour une pétition… d’Augustin de Livois

Président de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

http://institut-protection-sante-naturelle.eu/

 

 

Signer la pétition

 

Un texte draconien de l’Union Européenne est sur le point de nous priver de milliers de produits de santé naturelle.

Au moment précis où se produit à l’échelle de notre continent une spectaculaire prise de conscience des ravages de la malbouffe, et de l’importance cruciale d’une alimentation riche en nutriments essentiels, pour prévenir et guérir les maladies,

Ce règlement européen, le 1924/2006/CE interdit aux fabricants de produits de santé naturelle d’informer le public des effets favorables possibles de leurs produits.

La conséquence sera non seulement que vous n’aurez plus l’information, mais ce règlement va détruire des milliers de petits producteurs, ce qui, selon toute probabilité, entrainera un effondrement de la qualité et de la diversité des produits de santé naturelle et surtout, une hausse dramatique des prix.

Les autorités chercheraient à nous maintenir dans un état de maladie – et de dépendance aux médicaments chimiques – elles ne s’y prendraient pas autrement.

Si le règlement 1924/2006/CE entre en application :

oligo-éléments, minéraux, vitamines, acides gras, acides aminés essentiels, deviendront hors de portée du plus grand nombre.

Des peines d’emprisonnement sont prévues pour les contrevenants.

C’est une offensive sans précédent contre notre droit de nous soigner librement.

Et le but est extrêmement clair :

Sécuriser des milliards d’euros de profits pour l’industrie pharmaceutique, pour les années à venir,

en obligeant les malades à recourir à leurs médicaments issus de la pétrochimie, faute d’alternative.

[…]

C’est le plus grand hold-up sur notre santé – et sur nos vies- qui ait jamais été réalisé.

Et pour éviter de provoquer une révolte de citoyens, l’Union Européenne agit de la façon la plus sournoise : au lieu d’interdire purement et simplement les petits producteurs, elle leur laisse la possibilité de monter des « dossiers de demandes d’allégation ».

Mais c’est encore pire : car on les oblige à

  • réunir des rapports d’experts, des études, des dossiers qui coûtent des dizaines de milliers d’euros, puis on

  • les fait attendre pendant des années (la commission spéciale met en moyenne 4 ans pour rendre ses avis), et enfin on

  • refuse 95 % des dossiers proposés, sans apporter la moindre justification, entraînant la faillite en masse des plus déterminés qui avaient décidé de jouer le jeu !

C’est bien simple, sur les 4640 dossiers déposés en 2008, seuls 222 ont été autorisés aujourd’hui !

L’EFSA a même interdit d’indiquer que les pruneaux ont un effet laxatif, exigeant que soient réalisés au préalable des essais cliniques impliquant des milliers de participants !!

Ce règlement revient de facto à euthanasier un des pans principaux, et des plus prometteurs, des médecines douces :

médecine cellulaire, médecine orthomoléculaire, nutrition et micro-nutrition, toutes ces nouvelles médecines fonctionnent en utilisant des nutriments ciblés.

Elles permettent de rétablir les grands équilibres de l’organisme, de façon naturelle et sans effets secondaires, contrairement aux médicaments chimiques.

Mais si nous ne réunissons pas un million de signatures en urgence, ce nouveau domaine de la médecine risque d’être tué dans l’œuf, scellant le destin des générations futures, et leur asservissement au « système de santé » officiel.

Signer la pétition

Publicités